La licorne

01 la licorne(In the next post you will find an English translation of this session.)

(Copyright © Jack Cain 2016, text and images)

Jack: Alors, je me demande si tu as pu trouver quelque part un lieu et si tu peux m’en parler un peu.

Sylvie: Oui, ça se trouve dans le petit boisé près d’ici. C’est parmi les arbres. C’est un boisé – moi j’appelle ça la forêt même si ce n’est pas une forêt. Mais pour moi c’est une forêt. Il y a de beaux arbres, la neige – la température : c’est doux, doux, doux. Puis, il y a comme une petite neige qui tombe. Il y a le ruisseau – il est gelé mais on entend l’eau couler en dessous – comme la force de vie qui est toujours là même si tout a l’air gelé. Un petit écureuil qui se promène. Les petits oiseaux qu’on entend chanter.

Jack: Bon, c’est bien – juste reste là pour un bout de temps. Tu sais déjà comment c’est d’être là mais j’aimerais que tu remarques qu’en étant là maintenant – on peut dire dans ton imagination – mais il y a toujours un impact sur l’être, sur le corps. Alors, il y a quelque chose qui entre – c’est presque comme une nourriture d’être là – les vibrations de la nature, l’écoute de l’eau qui coule. Et même il y a une sorte de son très spécial quand il y a un eau qui coule comme ça sous la glace.

Alors, c’est bien d’être là et de sentir que tu es nourrie de cet environnement. Et j’aimerais remarquer aussi que ça c’est quelque chose qui est venu de ta conscience, de la partie subconsciente de ton être – ce n’est pas moi qui l’a suggérée – alors, ce n’est pas quelque chose qui vient de moi. Et c’est vraiment bien d’être là à cet instant et de recevoir comme tu le fais maintenant – de recevoir des impressions – des impressions de beauté, des impressions de sécurité d’être là.

Mais ceci est aussi une pratique que tu peux faire toi-même, bien sûr. Si tu rencontres une difficulté, tu peux prendre dix minutes, quinze minutes pour t’allonger comme ceci, peut être même conter comme nous l’avons fait et puis d’entrer encore une fois dans la forêt – sans y aller – simplement d’entrer et d’avoir encore une fois cette impression – parce que le corps est nourri de ces impressions là. Tout l’être est nourri de cette façon.

Alors c’est un peu entrer dans un autre monde mais aussi c’est recevoir. Alors tu peux sentir comme il y a quelque chose à l’intérieur de toi qui est nourri de ces vibrations, de ce lieu où tu te trouves maintenant. C’est vrai que c’est dans ton imagination mais il y a une réalité aussi – parce que tu es là. Et tu reçois quelque chose. Alors tu es en deux endroits en même temps– ici et dans la forêt aussi. Alors c’est bien d’être là dans cet environnement; c’est bien d’être là.

Et peut être tu peux dire ton ressenti – quels sont les feeling, quels sont les sentiments qui sont là maintenant pour toi.

Sylvie: Il y a un sentiment de paix… puis comme un bonheur d’être là. Mais en même temps… Quand vous avez dit, « Ah, vous avez choisi cet endroit. » j’ai dit, « Ah, j’aurais dû prendre un autre endroit que celui là… Ah, il y a un autre aussi que j’aime, que j’aurais pu prendre… » Oh, oh, je commence à m’en aller et revenir. Là, je suis revenue, puis, je choisis cet endroit-là. Il y en a d’autres beaux mais celui-là c’est celui où je suis maintenant. Et, c’est tranquille!

Jack: Oui, c’est tranquille.

Mais étant donné que c’est ça qui est arrivé, c’est peut-être bien ainsi d’étudier un peu maintenant ce processus dont tu as parlé aussi avant la session. Quand le mental entre comme ça – il y a des doutes – tu te demandes si vraiment ça doit être d’autre part mais finalement tu as décidé de revenir ici dans le même endroit – mais j’aimerais tout simplement que tu remarques qu’il y a une partie à l’intérieur de toi qui sait très bien ce que c’est le bon endroit. Et c’est pour cette raison que tu es revenue. Mais c’est peut-être plus important de devenir un peu plus solide, un peu plus familier avec… C’est dans quelle partie à l’intérieur? Il y a une partie à l’intérieur qui sait très bien… le bon endroit dans ce cas.

Alors, si délibérément tu entres à l’intérieur de toi pour chercher cet endroit là… Qu’est-ce qui arrive quand je te demande ça?

Sylvie: Là je suis rentré à l’intérieur et je suis passé par la gorge…

Jack: Oui…

Sylvie: Là, il y a eu un coincement… après je suis descendu au niveau du cœur. Là j’ai eu la question, « Qu’est-ce que c’est qui se passe? »

Mais, il y a comme, « Ah, mon dieu, il faut que je cherche »…il y a comme la peur de ne pas trouver. C’est comme je suis dans le vide. À l’intérieur de moi il y a comme une espace où est-ce qu’il y a la vérité mais en même temps il y a une espace de vide.

Jack: Alors, c’est important de ne pas aller trop vite – juste maintenant dans ce moment même. Mais à mon avis, c’est important d’essayer de rester là – exactement où tu es maintenant. Tu es là à l’intérieur de toi. Tu es entré par la gorge – il y avait un peu de coincement – oui, bon, OK. Tu es passé par le cœur et tu as découvert qu’il y a ce vide et qu’il y a une peur en face de ce vide là.

02 unknown IMG_7786Mais c’est important de rester là et d’essayer d’établir une relation avec ce vide qui est là. Alors si tu restes là, tu es consciente du fait qu’il y a une peur en même temps mais c’est comme ça pour tout le monde – quand on est devant quelque chose d’inconnu – parce qu’un vide c’est inconnu – alors quand on est en face de ça – mais aussi on peut établir une relation avec ça – on peut être là surtout avec une confiance que tout va bien parce qu’il y a une vide à l’intérieur de n’importe qui – en effet c’est difficile à trouver même… il y a des personnes qui passent des heures en méditation pour se trouver à côté d’un vide. Alors il y a quelque chose de fondamental là-dedans.

Mais, en même temps tu peux sentir que tu es là, n’est-ce pas? Tu es là.

Sylvie: Oui.

Jack: Alors, ton être est là devant un vide. Et c’est possible de sentir qu’il y a comme une verticalité, comme un colonne qui est là, qui est solide à l’intérieur de toi. Ça a une connexion avec les vertèbres de la colonne vertébrale. Ce n’est pas exactement la colonne vertébrale non plus mais il y a une verticalité à l’intérieur. Et il y a une extension en haut et en bas. Mais il y a une verticalité là. Quand tu l’étudies ça peut devenir de plus en plus solide. Et tu peux rester là en face de ce vide sans tressaillir – en étant solide.

Alors ça fait un peu de temps maintenant que tu es là. Et qu’est-ce qui arrive maintenant? Est-ce qu’il y a un changement? Ou est-ce que c’est exactement le même? Ou qu’est-ce qui arrive?

Sylvie: C’est noir mais il y a comme un cheval blanc. C’est comme je suis dans le noir, il n’y a pas rien mais il y a un cheval blanc au loin qui galope et qui tourne en rond.

Jack: Alors, c’est la beauté du vide – quelque chose peut paraître du vide. C’est la qualité du vide – et c’est pour ça que c’est vide! – parce que quelque chose peut sortir.

Alors, il y a un cheval blanc. On va voir qu’est-ce qui arrive avec ça. C’est peut-être juste éphémère – peut-être ça va disparaître… mais le fait que ça tourne en rond ça dit quelque chose déjà… Alors, il faut voir maintenant – qu’est-ce qui arrive? Est-ce que tu vas approcher le cheval – est-ce que le cheval va s’approcher de toi? Qu’est-ce qui arrive après.

Sylvie: Je me suis avancée puis le cheval a arrêté de tourner. Là on se regarde.

Là, je m’approche, puis je lui tends la main, puis il met son museau dans ma main.

Oh, j’aimerais beaucoup sauter, grimper dessus ! Mais, c’est qu’il est grand.

Jack: Mais, est-ce que tu demandes sa permission de faire ça. Est-ce qu’il y a une communication quelconque? Il y avait une communication avec ta main…

Sylvie: Oui. Mais, je n’ai pas pensé de lui demander la permission. C’est une bonne idée ça.

Jack: Oui, parce qu’il y a une communication qui commence entre toi et le cheval. C’est très possible de communiquer, de se parler…

Sylvie: Ah! C’est correct que je monte dessus.

Puis là je m’agrippe à ses cheveux, la crinière… et j’ai été capable de me donner un swing pour grimper dessus!

Jack: Ah!

Sylvie: Puis, en étant dessus, il a poussé une corne, ça devient une licorne.

Jack: C’est pas juste un cheval ordinaire – c’est une licorne.

Sylvie: Mais oui. Là, ça dit, « Crois en toi ».

03 white lily IMG_7941Jack: Oui. C’est une sagesse, ça.

Et dans tes capacités… Crois en tes capacités… Tu as dit tout à l’heure que tu étais devant un vide. Il n’y avait rien. Il y avait de la peur. Mais quelque chose est sorti.

Sylvie: Oui.

Jack: Une communication… avec le cheval, la licorne. Tu es dessus. Et il y a un message : « Crois en toi ». Un message très clair.

Alors, nous allons voir ce qui arrive après. Il y a peut-être d’autres communications. Tu as demandé tout à l’heure qu’elle est ta mission de vie, dans cette vie-ci… C’est une autre question que tu peux demander…

Sylvie: Demander au cheval?

Jack: Oui.

Je ne sais pas – peut-être que ce n’est pas à lui de répondre… mais peut-être aussi que ça se peut… Il a déjà commencé par te donner un conseil : « Crois en toi ». Et tu peux sentir comme c’est vrai, que tu as besoin de faire ça. Alors tu commences à établir une relation avec cette licorne là. C’est peut-être bien de continuer de se parler, de poser des questions. Moi, je suggère la mission de vie mais peut-être tu as d’autres questions là… C’est à toi [pause]

Sylvie: J’ai demandé, « Qui suis-je? » « Quels sont mes talents? »

Puis là, « Je vais te montrer » et on part. On part dans le noir.

Jack: Dans le noir?

Sylvie: On part dans le noir. Et là je vais voir ce qui va arriver. [pause]

Il y a un monde… par-dessus on voit la Terre, le visage de la Terre, et il y a aussi d’autres mondes. On voyage à travers l’infini.

J’ai la possibilité de voir et d’entendre. [pause]

L’infini est dans le fini. Dans l’infini petit.

« Arrête de chercher et accueille ».

Jack: C’est très clair.

Sylvie: Oui. « Accueille ce que tu es et sois fière de ce que tu es, car tu as la possibilité de connaître l’infini en toi ». [pause]

On est revenu dans l’espace intérieur où c’est noir.

Là, je descends du cheval et je le remercie.

Jack: Est-ce qu’il a d’autres messages ou est-ce qu’il reconnaît ton merci?

Sylvie: Oui.

« Je suis ton ami. Je suis toujours là quand tu auras besoin de moi ». [pause]

Là ça fait comme la peine parce qu’il s’en va. [pause]

[petit rire] Et là, ça fait comme – un cheval, une licorne qui est un guide – ce n’est pas ce que j’aurais pensé! [rires à deux] C’est un beau cadeau. Mais, en même temps il y a comme une déception… parce que ce n’est pas ce que je croyais.

Jack: Non, mais ce que tu voyais venait un peu de ton mental peut-être, un peu de toute sorte de parties de toi…

Sylvie: Non, mais il y a quelqu’un qui dit, qui se bidonne, parce qu’il dit : « Ha Ha. Tu es attaché à la forme ».

04 form ha ha IMG_7687Jack: Ah! Mais c’est une leçon de ne pas être attaché à la forme!

Sylvie: Mais, c’est ça.

« Nous sommes là et tu as en tête comme une conception de ce que peut être un guide mais ce n’est pas ça! Ça peut être sous n’importe quelle forme, à n’importe quel moment. Il s’agit d’avoir l’ouverture. »

Jack: Oui, c’est l’ouverture qui est important. Et aussi le fait qu’il venait de dire qu’il est là toujours pour toi quand tu as besoin.

Sylvie: Oui.

Jack: Tu peux demander. Peut-être la prochaine fois ce sera une forme différente, c’est possible. Ce qui est important c’est la connexion, l’amitié qui est là. Tu peux sentir la qualité de ce sentiment, la qualité de la connexion. Il n’y a rien qui est forcé, tout arrive spontanément sans difficulté, les messages qui viennent sont clairs. Alors c’est une communication vraiment formidable. [pause]

Sylvie: Ça dit que… Ah! … que j’ai besoin d’humilité parce que ce que je reçois c’est comme jamais assez. Au lieu de rendre grâce pour ces cadeaux là que j’ai, c’est que je les remets en question. Je les mets de côté; je ne crois pas.

Jack: Maintenant alors tu vois un peu plus clairement…

Sylvie: Oui. Il y a une richesse intérieure qui est là mais qui n’est pas éclatante. Et c’est de ça que je dois me libérée, des titres, –être vue et reconnue – parce que c’est une richesse qui n’est pas flamboyante. C’est ça.

Jack: C’est subtil.

Et c’est important de reconnaître aussi que c’est à l’intérieur de toi… Ce n’est pas ailleurs. Ce n’est pas quelque chose qu’il faut chercher. C’est déjà là. Il faut chercher peut-être à l’intérieur. Il n’est pas nécessaire d’aller ailleurs pour la trouver. C’est juste comme avec la licorne aussi – c’est quelque chose qui est arrivé à l’intérieur de toi.

Et il y a une instruction de pratiquer la méditation régulièrement. C’est une pratique qui va aider.

Sylvie: Je fais ça.

Jack: Tu fais ça déjà?

Sylvie: Oui

Jack: Mais maintenant avec ces informations qui viennent de sortir il va avoir un approfondissement de ce que tu fais déjà.

Sylvie: J’ai à faire confiance. Confiance. Être plus dans la confiance que dans la peur. Ce qui doit arriver va arriver en temps et lieux. [pause]

Comme des cadeaux sur le chemin qu’il faut prendre comme la rencontre ici et maintenant qui se fait. [pause]

C’est bien d’avoir choisi l’âme, de répondre aux besoins de l’âme plutôt que l’insécurité intérieure.

Jack: Tu peux voir que l’insécurité ne mène nul part. Ça tourne en rond. C’est un cercle qui ne mène nulle part. Et c’est un peu alimenté de la partie mentale. Ce n’est pas une question de détruire cette partie mentale mais c’est une question que cette partie-là prenne sa place. C’est un peu à côté; c’est utile dans la vie mais quand même quand il s’agit de quelque chose d’important, il faut faire ce voyage vers l’intérieur où se trouve tout ce qu’il faut pour continuer ce cheminement – tout est là.

Sylvie: Ça fait carpe diem. [pause]

J’entends, « Chanson pour une petite fille qui renaît ». J’entends ça. [pause]

05 profusion 2 IMG_8003Jack: Oui. C’est ça qui arrive.

Est-ce que tu entends la chanson ou juste les mots?

Sylvie: Je n’entends pas de musique, juste les mots « Chanson pour une petite fille qui renaît ».

Jack: Ça va; c’est le message qui est important.

Sylvie: C’est comme si… « C’est nous qui chantons, car il y a renaissance pour la petite fille qui a droit d’être ce qu’elle est. »

Mais ça… Comment est-ce que je fais pour savoir si c’est vrai ou si c’est moi qui me dis ça?

Jack: [rires] Mais c’est encore une fois cette partie là qui doute, eh? Ça revient tout le temps. Ça va toujours être là.

Sylvie: Tout doux mental!

Jack: Oui. Mais graduellement ça va devenir plus clair. À chaque fois. Parce qu’il y a une qualité de doute en ça : « Est-ce que c’est ma voix, une autre voix? C’est qui qui parle? Mais tu sais très bien que tu as reçu un message important.

Sylvie: Oui.

Jack: « Une chanson pour une petite fille qui renaît ». C’est très clair. Il y a quelque chose là-dedans.

Alors, la partie qui veut savoir – c’est qui qui a dit ça? Cette partie là.

Sylvie: Ce n’est pas important?

Jack: Non ce n’est pas important.

Mais aussi il y a une partie de toi qui peut juger la qualité de ce message là. Parce qu’il y a quelque chose de doux là-dedans. Ce n’est pas forcé. Ça se dit très tranquillement.

Mais la partie qui doute là – c’est un peu aigu. C’est un peu circulaire, c’est habituel…

Alors on peut distinguer avec la qualité des deux mais aussi, des fois c’est difficile, c’est vrai. Des fois c’est difficile de distinguer. Tu as déjà eu beaucoup d’exemples dans la vie – tu m’en as parlé avant la session. Que ça arrive dans la session, ça veut dire que cette difficulté va continuer probablement. Mais avec tout ce qui est arrivé dans la session, ça devient beaucoup plus clair – cette possibilité de distinguer.

Tu peux simplement t’écarter de ces questions parce que ces questions n’aide pas au cheminement. Ce qui va aider au cheminement c’est la renaissance qui est en train de se faire. Et une confiance en soi qui est en train de renaître.

La direction est indiquée; c’est très clair. [pause]

Sylvie: C’est l’histoire d’une vie qui a commencé avec Sylvie et qui se poursuit– pour intégrer la lumière et pour la rayonner.

Jack: C’est ça la mission de vie, c’est très clair.

Sylvie: Oui. À toi de croire.

[Elle commence à rire aux éclats] C’est à toi de croire et voici ce que l’on fait avec le doute : Il en fait une boule de papier et il donne un coup de pied dessus! [grands rires]

Jack: C’est très beau. Belle image, belle image. C’est juste un morceau de papier.

Sylvie: C’est une bonne idée. Quand je me mets à douter, je vais faire ça. Je vais visualiser une boule de papier et Paf!

Jack : C’est vrai parce que ces doutes là n’ont pas de substance mais dans le passé ils avaient une sorte de pouvoir mais maintenant avec tout ce que tu as reçu, ils n’ont plus beaucoup de substance. Alors, tu peux les jeter comme ça. C’est très clair.

C’est quelque chose de très important ce rayonnement dans le monde. Le monde en a tellement besoin mais il y a de plus en plus de personnes qui rayonnent et graduellement ça va tout changer.

07 Malincha 2 IMG_7728

About trylus

Welcome to my blog! I was born in the year of the golden dragon (1940) and when the golden dragon year came around again in 2000, little did I know that events would conspire to have me reinvent myself. So after a long career in computers and libraries and languages and with a few bumps of transition I now feel very alive in the practice of hypnotherapy and an energy modality called Reconnective Healing®. My interest in writing has always been in the mystery of how it is sometimes possible to convey much more than the meaning of the words. It is my heartfelt wish to have that happen sometimes in this blog. Jack Cain Trylus énergétique Montréal www.trylus.com jack@trylus.com
This entry was posted in Hypnosis and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s