Le Rire

01 Sun IMG_7613 (In the next post you will find an English translation of this session.)

(Copyright © Jack Cain 2016, text and images)

Note : Cette session a été fait en deux parties avec une nuit de sommeil entre les deux. Dans la première partie il y avait plusieurs segments où tout se déroulait très lentement. Il y avait une grande fatigue qui était en évidence également, pendant toute cette première partie. Mais, en même temps cette partie n’a pas été vide. Il y avait quelque chose qui a été travaillé… Voici une partie de ce qui est arrivé…

Jack : Il y a aussi été question des implants, que faut-il connaître de tout cela ?

Victoria : Au moment où tu disais « implants », un gros soleil est apparu, et il a envahi tout l’horizon. On est encore dans le jaune et le doré.

À l’intérieur de ma tête, la pression augmente. Beaucoup de flash d’images qui vont et viennent. J’ai l’impression d’être au centre d’un cerceau composé de cinq à six rangées d’images de films – tout autour de moi – beaucoup d’images sans que je puisse en percevoir précisément aucune.

Soudain je vois les images commencer à s’effriter, se défaire en morceaux, s’envoler. Cela me donne plus d’espace pour bouger. Prison libérée. Les pieds plus légers. J’entends les mots :

« Prête pour de nouvelles entrées dans quelques instants, lorsque les images seront toutes parties » – et elles se défont morceau par morceau. Les expériences ne s’en vont pas, mais l’importance des expériences s’en va. L’importance accordée aux expériences s’en va. La véritable influence est légitime, l’importance qu’on lui accorde par la pensée est erronée.

« Remettre les choses selon leurs propres valeurs, remettre les choses comme elles doivent être, comme elles étaient. »

On arrive à la fin puisque tout le cerceau d’images a été démantelé et démonté. La dernière barrure, si l’on peut dire, est en train de se défaire et c’est la plus difficile, la plus résistante, la plus twistée – on me dit que ce n’est pas le bon mot, la programmation de la barrure a été twistée. Il faut réussir à l’ouvrir, dépasser…

Jack : Dépasser un mur ?

Victoria : Non, c’est dépasser la manière dont cette barrure a été fermée. C’est un tordu. Cela a été fait par une pensée tordue, tordue de méchanceté. Il faut juste défaire cette barrure. Il y a des choses un petit peu dégueulasse dans cette chose-là. J’ai vraiment l’impression de voir des barrures mécaniques en métal.

Il faut l’approcher avec la force inverse. Si je l’approche avec la force de mon être profond initial et essentiel, avec la main, cela désintègre les morceaux, les pièces du mécanisme, une à la fois. Ne pas utiliser la force, mais utiliser la Force pure, une force d’amour. Il y a un son dans mon oreille, le ressenti, la bonne intention, tout cela concentré dans ma main, et le mécanisme se défait tranquillement.

Un premier morceau est enlevé. Quelque part je vois la question : Que vient faire ici un mécanisme mécanique et métallique ? Ça n’a aucun sens. Et j’entends : « Et voilà ! » C’est ce qui fait s’évaporer le mécanisme. Ce n’est pas là.

Je suis en train d’entrer dans un grand – je suis porté à dire « soleil », mais ce n’est pas un soleil. Un grand noyau nuageux blanc avec une certaine densité, mais ce n’est pas une intensité, c’est juste un état vibratoire différent, et aussi une densité.

Je ne sais pas où je suis, à l’intérieur c’est un non-temps et un non-espace. Il s’agit de plonger. Et même le mot plonger n’a pas de sens à cet endroit là. Dans cet intérieur, j’ai d’accès à tous les temps et tous les espaces.

Il n’y a pas de fin ni de commencement, ni dans le temps, ni dans l’espace. Ce n’est pas un néant, c’est un tout. Je commence à voir d’autres êtres qui flottent tout comme moi dans ce lieu non-lieu. Je vois dans leurs yeux la sagesse de l’infini du temps. Je ne sais toujours pas pourquoi on m’a emmené à cet endroit.

Jack : Mais, être dans la compagnie de ces êtres là, doit être rassurant…

Victoria : C’est neutre.

Jack : Neutre?

Victoria : Je me sens dans un état de neutralité émotionnelle. Il semble qu’il manque quelque chose. C’est vraiment la même impression que si j’étais dans une salle d’attente. Une attente de quelque chose, car tout est au neutre avec moi dans le moment présent.

Jack : En effet c’est difficile de faire quelque chose sans une invitation des centres émotionnels, c’est le moteur pour faire, la force nécessaire. Mais dans n’importe quelle situation on peut demander de l’aide.

Victoria : Dans une salle blanche, je vois une jeune femme habillée d’une grande robe blanche, assise devant l’ordinateur. Elle a les cheveux coupés très court, elle a la peau dorée. Elle est habillée d’une belle robe blanche sans manches. Aucune sensation n’accompagne cette image.

J’ai l’impression d’être rendue dans un chemin sans issue. Soit qu’il y ait un blocage ou autre. L’image est statique.

Tout est neutre. Je sens quand même une pression dans la tête.

02 writhing stone IMG_7601Jack : Peut-être est-il nécessaire de se concentrer sur cette pression dans la tête. Trouver quelle en est la cause – il y a toujours une cause. Peut-être peux-tu aller profondément en arrière et trouver la cause qui est là en arrière.

Victoria : Ce n’est pas si simple que ça. Et j’ai encore l’impression de m’endormir, besoin de sommeil. État d’être inconfortable. Quelque chose n’est pas au point, j’entends les mots : « Pas au point ». J’entends le mot : « ajustement ».

Jack : Mais qui va faire l’ajustement, comment est-ce que ça se fait ? Est-ce qu’on pousse trop ou pas assez?

Victoria : Ajustement en cours de route. Ce n’est pas terminé. J’entends les mots :

« Il faut dormir avant. »

C’est comme si cela disait qu’il faut arrêter pour le moment, et recommencer plus tard.

La désintégration du cercle d’images de films a eu un impact. Et il y a eu toutes ces images, toutes ces choses, se sont effrités. C’était très important. Je sens qu’il s’est passé quelque chose face à cela.

J’étais au centre d’un grand cercle quatre à cinq rangées de films et l’impression que j’ai eu c’est que toutes ces images provenaient de toutes les expériences que j’ai eues depuis des expériences terrestres.

Jack : Ah, donc une période très longue.

Victoria : Ça se calcule en millions d’années, depuis que nous avons quitté le créateur, depuis que nous avons été emprisonnés sur la planète Terre.

[On termine.]

Partie 2 : On recommence le lendemain.

Jack : C’est comme si notre conscience est élargie dans ce silence présent à nous, dans cet espace qui est déjà à un niveau élevé de vibrations. Et il y a la joie intérieure que tu as mentionnée. Ça aussi est une perception de la qualité de ce moment présent.

J’aimerais mentionner tout à fait au commencement, il y a un but à cette session : Considérer l’état de santé du corps physique d’Victoria, si c’est approprié. Et cette session aujourd’hui le 26 février 2016 est une continuation de la session d’hier, où il y a déjà eu une sorte de commencement. Peut-être pour commencer, je peux mentionner le mot fleur pour établir une connexion avec ce que nous avons fait dans le passé.

Et aussi j’aimerais inviter tous ceux et celles qui ont, ou peuvent entrer dans la session comme par le passé. Et bien sûr nous avons besoin de l’aide de tout être que l’univers juge approprié selon notre demande, autant pour Jack, que pour Victoria. Nous avons allumé 2 chandelles pour nous accompagner dans le voyage d’aujourd’hui.

Victoria peut-être pourrait donner un petit rapport à ce point-ci.

Victoria : Quand tu as mentionné le mot « fleur » un peu plus de lumières se sont allumées. Quand tu as invité les amis, oui il y a du monde qui sont arrivés, un enfant aussi, un être plus enfant. Quand tu as mentionné le mot « santé », ils ont dit : « Oui, il faut s’en occuper de temps en temps. De temps à autres, il faut s’adresser à ce facteur.

Et pour le moment, il n’y a pas de lieu défini. Je suis dans un lieu non-lieu, dans un espace rosé indéfini. Voilà c’est là où j’en suis.

Jack : Peut-être, peux-tu te concentrer sur cette couleur rose. Il est possible que cela s’intensifie un peu. Peut-être y a-t-il un mouvement dans la couleur.

Victoria : Je vois un mouvement entonnoir, de plus petit au plus grand, vers le haut.

Jack : Est-ce que ce mouvement continue vers le haut?

Victoria : L’image est haute mais statique.

Jack : Peut-être s’agit-il qu’Victoria questionne à l’intérieur d’elle, d’où vient le mot, d’où vient la pulsion d’entrer dans le mouvement, quelque chose qui doit être découvert, quelque chose à trouver, quelque chose à demander peut-être.

03 Frost forest IMG_7608Victoria : Je demande qu’est-ce que ça vient faire là. L’image était comme sur un mur, le mur s’est ouvert telle une porte. Bon, maintenant j’arrive dans un décor.

J’arrive dans un espèce de jardin, très beau jardin, un peu effectivement avec des couleurs surréalistes, un jardin avec de belles couleurs brillantes surréalistes. J’avance, un peu comme si j’entrais dans la peinture de paysage, un tableau. Et là, il me vient dans la tête l’histoire des tableaux. Il y a un film qui s’appelle « Au-delà de vos rêves » avec Robin Williams.

Peut-être que le message vient de là, de voir comment on façonne notre après-vie, où toutes les croyances deviennent réalités. C’est que, je ne veux pas aller dans une croyance, je veux aller dans une réalité.

Jack : Oui c’est ça. Tu vois ce que la personne se construit.

Victoria : On construit notre réalité. Je pense que cela a un rapport avec le corps physique. Et j’entends des voix en arrière qui disent : « Ah, elle s’approche, elle s’approche, elle commence à chauffer ». Et j’entends :

« L’intensité de focus induit la construction ».

Maintenant est arrivée la demande que tu lises la phrase de la structure cellulaire, afin de bien l’implanter dans mon subconscient, pour la confection de mon corps physique. Donc maintenant, induit la demande pour faire en sorte que ça devienne un automatisme.

Jack : Alors je vais lire :

Chère structure cellulaire

Crée en moi l’harmonie parfaite et la santé totale

À laquelle j’ai droit

Élève tes vibrations

Reflète le créateur en toi.

 

Je crois que c’est bien de le lire trois fois.

Et je dépose ces mots sur ce grand cristal de sorte qu’ils reposent là, pendant que nous continuons ce cheminement.

Victoria : Et que ces mots s’ancrent définitivement dans le mode d’opération du véhicule.

Jack : Que ces mots s’ancrent définitivement dans le mode d’opération de ce véhicule physique.

Victoria : Il semble que tout est en train de se placer. Pour le moment tout est bien, continu avec un autre aspect. Mais la lecture et le dépôt ont eu beaucoup d’effet vibratoire sur tout le corps physique. Dans toutes les cellules il y a eu une résonance, une vibration. Je sentais les cellules bouger et dans la tête, dans le cuir chevelu et à l’intérieur de la tête.

Et j’entends les mots : « De mieux en mieux, de mieux en mieux, de mieux en mieux. À tous les niveaux. » J’entends les mots, « Tu es bien préparée. On te prépare bien. Pas fini. Tu vas à la rencontre de ta destinée que tu ne peux pas percevoir maintenant. Les images que tu as déjà, maintiens-les. Elles font parti des marches de l’escalier. Mais ce n’est pas l’escalier au complet. Ceci prévaut aussi pour toi, Jack.

Session d’hier, parfait, session d’aujourd’hui, nécessaire. »

Jack : Alors il s’agissait vraiment de deux parties de quelque chose.

Victoria : De la même chose. Un temps entre deux battements. Dans la même symphonie. Les êtres qui nous entourent aujourd’hui sont moins dansants, dans le dépôt, solennels.

Ils transmettent des pensées que je dis au fur et à mesure. J’entends :

« Les mots que tu perçois portent, et portent beaucoup plus que tu ne peux le penser. Les mots de l’ajustement du corps physique étaient nécessaires pour réajuster les cellules.

Déjà beaucoup d’opérations reçues et réajustements nécessaires, les commandes lancées, les commandes d’ajustement lancées devenues obligatoires. »

Je perçois les pouvoirs intrinsèques du véhicule humain, réactivation, et aussi les résistances personnelles à être nettoyées, face au mot « pouvoir ».

« Accepter les pouvoirs dans leur totalité, parce que la sagesse est là, quoi que tu puisses penser le contraire. Peur de manquer de sagesse. Elle est là, la résistance. Peur de manquer de sagesse. »

Jack : C’est la sagesse qui dirige le pouvoir, n’est-ce pas ? Alors tu peux te fier à ce qui arrive ici.

Victoria : Quand ils disent : « Arrête de niaiser ! » ça veut dire arrête de te diminuer. [Pleurs]

« Tout ce qui a été dit dans ta rencontre avec Jack pour lui expliquer les lignes de ses mains » – je dois considérer ces choses aussi pour moi. Le miroir est assez impressionnant.

Jack : Oui, il y avait beaucoup de sagesse dans cette lecture des lignes de la main. Beaucoup de sagesse.

Victoria : Très important… Moment d’aide mutuelle, fonction d’équipe. Très difficile pour moi d’accepter cette totalité. Et pourtant, je sais que c’est ce à quoi j’aspire.

04 blue and white IMG_7256Jack : Alors qu’est ce qui est nécessaire pour que tu puisses l’accepter complètement? Est-ce qu’il y a quelque chose qui va se fondre ? Est-ce qu’il y a quelque chose qui va bouger un peu ?

Victoria : Quelque part le mot « CONTINU » arrive encore une fois.

Jack : Il s’agit-il simplement de continuer alors.

Victoria : « Continue! Continue! » Je sens comme s’ils posaient leur mains dans mon dos et me donnaient une poussée vers l’avant.

« Pousse! Pousse ! Pousse ! Mais ne tire sur aucun événement. Juste pousse et accepte. »

« Ne pas provoquer. »

Ça ne me tente pas de provoquer non plus. Accueil. Acceptation. Merci. Ils sont toujours là. Les évènements seront induits, mais nous serons conduits vers eux. Ceux auxquels nous devons participer se présenteront dans la facilité.

Facilité d’y participer, facilité de toutes manières – ils se présenteront d’eux-mêmes. Quels qu’ils soient.

J’ai l’impression d’entrer de demi-cercle composé de tous ces êtres où les connexions se font vraiment de cœur à cœur. On voit même les rayons partir des cœurs pour aller rejoindre les autres cœurs, le rattachement des cœurs.

Beaucoup de doré autour des gens, du Doré teinté d’un peu de vert. C’est très beau. Et on parle de Conseil.

.Jack : Ils pourraient te donner des conseils…

Victoria : Non, ils me disent que je fais parti du Conseil.

Jack : Ah, tu fais parti du Conseil. Alors toutes ces personnes en demi-cercle et avec une connexion de cœur à cœur. C’est très beau.

Victoria : Une des portions du conseil parle d’éthique.

On me dit que toute la formation des lignes de la main, faisait parti de la formation de l’éthique. Il y a des applaudissements dans le conseil. Tout le monde s’applaudit les uns et les autres. Plusieurs de ces êtres là sont déjà sur la planète Terre, pour futures rencontres physiques.

On me montre Le Manuscrit Du Voyageur que je ne t’ai pas encore envoyé. On me parle que c’est une perle. J’ai l’impression tout d’un coup de voir la planète Terre.

On dirait que tout ceci est relié avec des sphères d’existence qui sont différentes, et vers laquelle la Terre s’en va. Une ouverture, une porte, une voie d’accès. Un mode d’accès – une voie ou mode d’accès. Entre les deux sphères, la sphère terrestre et cette autre sphère dont je n’ai pas le nom, peut-être que c’est la Sphère Sans Nom.

Jack : Peut-être que c’est la Terre Nouvelle.

Victoria : Possible. Évidemment, l’éthique, c’est un mot, qu’on peut mettre sur la base d’existence de cet autre endroit, cette autre sphère. Alors tu vois – ça me ramène dans le corps physique en disant que, l’éthique, c’est aussi le point primordial pour maintenir l’intégrité du corps physique. Il y a une certaine dose d’éthique à respecter au niveau du corps physique.

Ici c’est comme si on me disait qu’on approchait du mot de la fin pour cette session. Dernière recommandation de ta part.

Jack : Avant de sortir, c’est toujours bien de demander s’il y a quelque chose, une dernière question qui n’a pas été discutée, et une dernière consigne avant de partir… Je me demande s’il y a autre chose…

05 Strange tracks IMG_7599Victoria : Je me suis mis en mode réception au cas, s’il y a quelque chose qui peut se manifester.

Je vois des images souriantes. Des images de comédie, les saltimbanques qui reviennent. On me dit une phrase bizarre :

« Amuse-toi à rire ! »

Jack : Oui, on a dit ça souvent dans d’autres sessions aussi.

Victoria : « C’est important. Amuse-toi à rire, si tu veux influencer quelles circonstances qui vont aller vers toi. Amuse-toi à rire ! Tu vas attirer les circonstances que tu vas apprécier vivre. Amuse-toi à rire !

Ceci est beaucoup plus important que ça te semble être à l’heure actuelle, à ce moment-ci, sur la planète Terre, sur votre sphère. Amuse-toi à rire !

Le rire n’est plus assez présent. Il faut rire encore, recommencer à rire, s’il vous plaît! Vous pratiquez à rire à tous les jours. »

Il me vient à l’idée un exercice sur le rire que j’ai pratiqué avec Tania du Brésil :

Rire aux éclats, même en se s’efforçant à rire, rire aux éclats pendant cinq minutes.

« S’il vous plaît le faire, le mettre dans votre routine. Important ! Important ! Très important !

Important dans un premier temps, pour la personne unique, important dans un deuxième temps pour tout l’entourage, et lorsque les réverbérations du rire se rencontrent, c’est inouï. Vous ne pouvez pas voir ce que ça fait. Mais, mais, quelle importance tout cela a, c’est inimaginable.

Raison de dire qu’il ne faut pas entrer dans la sériosité. S’IL VOUS PLAÎT ! Nous vous supplions, cinq minutes de rires par jour. S’IL VOUS PLAÎT ! Cinq minutes de rires par jour est plus important qu’une heure ou 2, ou même cinq minutes de méditation. Bien plus important, plus, plus, plus important. L’importance de la méditation a été distortionnée.

On parle de rires du cœur, de rire sain, sain comme une vie saine, et saint comme sanctifiée et sacrée. Le rire est une action sacrée.

Imaginez ce que vous voulez voir se réaliser ou se manifester dans vos vies, faites-le cinq minutes de rires en maintenant cette image, là dans votre esprit.

VOILÀ UN GRAND SECRET qui vous est dévoilé aujourd’hui. Jusque-là ceci n’avait pas été donné. Il vous est donné en ce moment. Notez le moment le lieu, le temps et l’heure.

Ne laisses pas ta petitesse d’esprit minimiser ce moment. NOUS VOUS EN CONJURONS. Voilà. Fin de l’information. »

Jack : Il est 3 minutes après 3:00 de l’après-midi, le 26 février 2016. Et peut-être que ça attire une grande gratitude pour tout ce qui est arrivé durant cette session, un grand remerciement de tout ce qui est là, envers tous ceux et celles qui ont participé.

Victoria : Nous vous remercions beaucoup.

Besoin d’un engagement ici, besoin d’un engagement des deux personnes ici présentes, toi Jack, moi Victoria, avons besoin d’engagement du cinq minutes par jour. « Vos vies vont changer. »

Wow, important sur Internet

Jack : Qu’est-ce que ça veut dire : « Important sur Internet? »

Victoria : La petite recette !

06 granite design 2 IMG_7234

About trylus

Welcome to my blog! I was born in the year of the golden dragon (1940) and when the golden dragon year came around again in 2000, little did I know that events would conspire to have me reinvent myself. So after a long career in computers and libraries and languages and with a few bumps of transition I now feel very alive in the practice of hypnotherapy and an energy modality called Reconnective Healing®. My interest in writing has always been in the mystery of how it is sometimes possible to convey much more than the meaning of the words. It is my heartfelt wish to have that happen sometimes in this blog. Jack Cain Trylus énergétique Montréal www.trylus.com jack@trylus.com
This entry was posted in Hypnosis and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s