Le volcan et le coffre à trésor

01 plane IMG_7285(In the next post you will find an English translation of this session.)

(Copyright © Jack Cain 2015, text and images)

 

Nous avons commencé cette session suivant la procédure pour régresser à une vie antérieure mais nous avons fini par aller « ailleurs ». En terminant la procédure, je demande que la personne – dans son état de conscience modifié par l’induction hypnotique – flotte doucement comme une feuille « vers la surface » après avoir reculé progressivement dans le temps et l’espace.

 

Adèle: Je suis comme descendue au-dessus de la bouche d’un volcan. C’est noir autour…. C’est noir.

Jack: Alors, juste reste là. Sentir un peu comment c’est d’être là.

Adèle: Je continuais de descendre comme une feuille mais c’est dans la bouche du volcan. Je n’ai pas atterri.

Jack: Est-ce qu’il y a du feu au fond ? Qu’est-ce qu’il y au fond? Tu le sens toujours?

Adèle: Oui, j’aperçois de la lave bouillonnante rouge un peu sur les parois et puis c’est carbonisé. Je vois une chaise Transat [ligne aérienne] qui est là et je m’assoies dessus. Il y a un lagon d’eau aussi.

Jack: De quelle couleur?

Adèle: Un beau bleu turquoise, pas très profond, un petit bassin… et puis ça contraste avec le reste du décor parce que tout est noir, carbonisé. Les bouillons rouges de lave sur les parois. Puis, dans ce petit bassin-là, il semble y avoir une grosse, grosse, grosse bête, un gros poisson. Je ne vois pas vraiment la tête mais ça me semble être une tête très menaçante avec des grosses dents. C’est entre un requin et une baleine. C’est gris. Et puis, le poisson a un gros coffre-fort dans sa gueule, un coffre aux trésors. Il est comme un peu malin. Il veut le garder. Il ne veut pas me le donner. C’est comme s’il fait exprès. Il sait que je veux le coffre aux trésors mais il ne veut pas le déposer en dehors du bassin.

Jack: Est-ce qu’il y a quelque chose que tu peux lui offrir en échange ?

Adèle: C’est comme si je reste assise sur mon Transat en pensant que je ne peux rien faire. Je me laisse impressionner par sa taille et par sa gueule. Il est gros.

Jack: Il y a aussi la possibilité de demander de l’aide de quelque part…

Adèle: Je ne sais pas trop à qui demander de l’aide.

En fait, je demande de l’aide à des plongeurs. Je leur demande d’attacher le poisson avec des câbles reliés à toutes les parois du volcan parce que s’il est attaché, sa gueule va être obligée d’être ouverte et je vais pouvoir prendre le coffre aux trésors.

En fait, ce sont les plongeurs qui sont de plus en plus nombreux et puis, une fois que le poisson est attaché, qui vont prendre le coffre aux trésors. Et ils le déposent à côté de ma chaise.

Et puis le poisson lui est devenu tout petit, tout petit, ce n’est plus qu’un petit menné là [minnow]. Le coffre aux trésors lui est tout incrusté de grosses pierres de valeur [pierres précieuses]. Il brille avec des pierres, mais il est fermé par une combinaison.

Ouf! J’ai chaud!

Jack : Puis qu’est-ce qui arrive après ?

Adèle : [Rires] Il semblerait qu’il y a trois chiffres pour la combinaison. Ils sont déjà indiqués au cadran. Je n’ai pas à débarrer le coffre. C’est mon ancien numéro de téléphone du 4-5-7. Ils sont là. Il n’a jamais été barré finalement le coffre.

[Silence]

C’est comme si je regarde le coffre mais je ne l’ouvre pas.

Jack: Hmm.

Adèle: C’est mon coffre à moi mais je ne l’ouvre pas. Je sais que j’attends mais je ne sais pas ce que j’attends.

Jack : C’est un peu bizarre parce qu’après tant d’effort pour posséder ce coffre-fort, tu ne l’ouvres pas.

Adèle : Non. Je me demande simplement comment je vais faire pour sortir de ce trou-là. En principe, on ne sort pas du trou d’un volcan ou, du moins, je ne sais pas comment.

Jack : C’est important de sortir. Tu n’es pas pour passer le reste de ta vie dans le trou…

Adèle : La réalité, c’est peut-être que si j’ouvre le coffre, il y a quelque chose là-dedans pour me sortir du trou.

Jack : Tu ne sais pas parce que tu ne l’as pas ouvert. Encore une fois, tu peux demander de l’aide de l’extérieur…

Adèle : [rires] Les plongeurs sont déjà en haut. Je ne sais pas comment ils ont fait… et puis ils font descendre une trampoline [chuckling].

«T’as qu’à sauter et puis en haut on va t’attraper.»

OK, d’accord. Mais là, je ne peux pas laisser le coffre là. Il est gros, le coffre.

Mais là, les plongeurs se dispersent. Ils disent, « Ben, on peut descendre des cordages et on peux faire monter le coffre fort. Pas de problème.»

Jack : Alors la difficulté est résolue en partie. Tu t’es sortie alors du volcan?

Adèle : J’ai sauté sur la trampoline, ça n’a pas été long. J’ai abouti dehors mais là il y a plein de monde, il y a plein, plein de monde. C’est tout clair – il n’y a plus de noirceur.

Les gens ont tous des couleurs vives, des couleurs pastels. Ils sont tous bien habillés. Ils sont tous souriants. Ça a l’air d’un grand évènement – je ne sais pas trop. Et le coffre a été déposé sur un charriot qui est escorté. Et puis je prends place dans la voiture qui conduit le charriot avec le coffre. Et puis la foule applaudit comme si c’était une grande découverte ou un évènement.

Jack : Un grand évènement.

Adèle : Personne ne pense à toucher ou à s’approprier le coffre. C’est bel et bien mon coffre.

02 precious stones IMG_7281Jack : Le coffre est vieux?

Adèle : Oui et non. Il est bien conservé mais il y a surtout des grosses pierres brillantes tous incrustés autour. Je m’amuse à imaginer qu’ils sont comme des yeux. Je peux juste prendre les pierres dans les logements… Ils sont à moi de toutes façons.

Là les plongeurs me disent en rigolant que c’est drôle qu’il ait du descendre une trampoline parce qu’il y en avait déjà une grosse en bas. Ils n’étaient pas obligés d’en descendre une. Je ne la voyais pas. Et elle était énorme.

Jack : Qu’est-ce qui arrive après ?

Adèle : En fait, quand j’ai demandé qu’on récupère le coffre-fort, le lagon dans lequel le poisson était qui est devenu petit est devenu une trampoline. C’était une trampoline. Ce n’était pas un lagon bleu, c’était une trampoline. Mais je ne la voyais pas.

Et c’est la même chose. C’est comme si j’ai un gros coffre aux trésors – je ne regarde pas dedans. Je ne peux pas voir.

C’est comme si, pour regarder un coffre aux trésors, je suis aveugle. Même si je regarde, je ne vois pas. Alors, je ne regarde pas. Je dis que je suis aveugle, alors je ne vois pas.

C’est curieux parce que les grosses pierres logées dans les parois du coffre me font l’impression à des yeux, des gros yeux brillants. Chaque sphère parfaite de pierres brillantes me donne l’impression d’un œil. Il y en a une que je vois surtout en particulier. C’est comme un globe oculaire. C’est rose, une pierre très brillante, et puis je suis toujours en train de me voir en train de la sortir de son logement sur la paroi du coffre aux trésors.

Jack : Si tu la sors de la paroi, qu’est-ce que tu vas faire avec?

Adèle : Ce que je vois c’est que je vais la mettre au niveau du front, au niveau du 3e œil, et puis que là, je vais voir dans le coffre… Je ne serai plus aveugle.

Ouf! Il y a beaucoup d’émotion…

Je ne voyais pas, je n’étais pas capable de voir ce que j’essayais de voir avec les yeux physiques, je ne voyais pas…

Je ne voyais pas avec cet œil là parce que j’avais peur de voir des horreurs. Pourtant c’est un œil tout brillant, tout plein de lumière… Ce n’est pas…

Jack: Ça commence à être tout brillant…

Adèle : C’est comme si je n’étais pas capable de laisser mon œil brillant éclairer mes yeux physiques. C’est pas mon œil brillant qui voit les horreurs, c’est mes yeux physiques. Je n’avais pas fait la différence.

Jack: Et quand tu regardes avec cet œil brillant, qu’est-ce que tu vois ?

03 third eye IMG_7295Adèle : Je vois que je peux suivre, et que tout peut être clair devant moi, que je peux suivre une voie éclairée. Il n’y a rien qui peut empêcher cette lumière-là de briller.

Jack: C’est ça, c’est sa nature.

Adèle: C’est la nature du 3e œil ?

Jack: Oui, parce que c’est brillant.

Adèle : C’est comme si j’ai eu peur de cet œil-là alors que je n’ai pas besoin d’avoir peur ou d’être terrifiée si je vois avec cet œil-là.

Jack : C’est très important, cette constatation-là. C’est important de faire la distinction entre le 3e œil et l’œil physique. Ce sont deux choses complètement différentes. Maintenant tu as la possibilité de voir une voie éclairée.

Adèle : Oui et puis avant toute la foule qui pouvait y avoir autour semblait toujours menaçants mais lorsque je suis émergée avec la trampoline, c’était tous des gens clairs, lumineux. Il n’y avait aucune raison d’avoir peur.

Jack : Le changement est très clair.

Adèle : C’est comme j’ai l’impression que je vais marcher dans la rue avec un spot qui éclaire.

Jack : C’est juste. Il y a un éclaircissement devant toi. C’est ça qui manquait dans le passé. Il n’y avait pas cet éclairage.

Adèle : Non, c’est comme l’image que j’ai. C’est comme un gros pic d’un cap de faucon. C’est comme si j’avais mis un cap et là il s’est ouvert. J’avais mis un cap parce que mes yeux physiques voyaient des horreurs et je ne voulais pas voir autre chose.

Jack : Ce n’est pas nécessaire de voir ces horreurs. C’est important de voir avec ce 3e œil et ça va éclaircir ton chemin.

Adèle : Mais oui, je me vois me promener comme un gros spotlight. Ça passe. Un gros faisceau lumineux.

Et puis mon faisceau lumineux éclaire tellement, que j’ai l’impression que je n’ai plus à m’inquiéter pour des questions matérielles, ou de manquer de sous, ou de manquer d’aide ou d’appui. J’ai pas à m’en faire, j’ai mon faisceau, ça va tracer la voie, c’est correct.

J’ai un sentiment d’allègement. Il était temps.

04 spotlight IMG_7300

About trylus

Welcome to my blog! I was born in the year of the golden dragon (1940) and when the golden dragon year came around again in 2000, little did I know that events would conspire to have me reinvent myself. So after a long career in computers and libraries and languages and with a few bumps of transition I now feel very alive in the practice of hypnotherapy and an energy modality called Reconnective Healing®. My interest in writing has always been in the mystery of how it is sometimes possible to convey much more than the meaning of the words. It is my heartfelt wish to have that happen sometimes in this blog. Jack Cain Trylus énergétique Montréal www.trylus.com jack@trylus.com
This entry was posted in Hypnosis and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s