Réactivation (français)

01 three flowers IMG_6860(In the next post you will find an English translation of this session.)

(Copyright © Jack Cain 2015, text and images)

 Jack : [Jack parle pour quelques minutes au commencement pour installer l’état de conscience nécessaire pour permettre et soutenir le voyage.]

Alors, Victoria, peut-être tu peux me donner un petit rapport de ce qui est là maintenant. Comment te sens tu ? Comment est-ce que ça va avec le corps.

Victoria : Le corps va bien. C’est juste que le cœur est en bonne relaxation mais un peu angoissé. Le voyage n’est pas démarré encore… Il y a comme une suspension, une attente – le mécanisme du voyage n’est pas encore enclenché.

Jack : C’est comme nous avons dit la dernière fois aussi – ce n’est pas une question de pousser, ce n’est pas une question d’essayer de « faire » quelque chose… mais l’approfondissement d’un état d’attente, d’un état de réceptivité surtout. Peut-être dans la région du cœur il peut avoir là aussi une relaxation un peu plus profonde. Peut-être c’est nécessaire de rassurer cette partie là.

Victoria : Oui, j’essaie de retrouver mon champ de fleurs. Je me retrouve justement dans un champ de fleurs.

Jack : Bon. Et dans un champ de fleurs tu peux sentir comme le corps peut absorber les couleurs, les vibrations, les senteurs de toutes ces fleurs-là. Juste en étant là on sait déjà qu’on est aidé. Il y a un aide qui est là dans la présence de ces fleurs-là ; alors, c’est une présence réelle ; elle alimente tout l’être.

Victoria : Oui, je vois les êtres semi-translucides. Il y en a plusieurs. C’est bien – l’interaction est là.

Jack : Une fois que les êtres sont visibles comme ça, c’est peut-être important de sentir la qualité des vibrations qu’ils ont. Parce qu’il s’agit d’une qualité très fine et rassurante. Et ça aussi va aider à approfondir.

Victoria : Une notion de joie, une qualité de joie dans l’interaction. Leur manière d’agir, leur manière d’être.

Jack : C’est un beau commencement ; une belle situation dans laquelle tu te trouve maintenant.

Victoria : Oui. Très.

Jack : Nous sommes très privilégiés d’être dans un tel lieu avec ces êtres.

Victoria : Je pense que Arc-en-ciel [la chatte qui s’est couchée sur sa poitrine] les a senti parce qu’elle a étiré son corps lors de leur arrivée, leur interaction.

Jack : Probablement ici au commencement c’est une question d’établir un contact avec ces êtres… sans pousser, sans être à la hâte, bien sûr, mais simplement de sentir. C’est par le ressenti qu’on peut serrer un peu le contact.

Victoria : Oui, j’ai l’impression que là il y a une espèce de voie, une route qui s’est ouvert. C’est une voie lumineuse. La lumière miroite… c’est pas une lumière qui s’allume. L’intensité est tout partout, comme des rayons. C’est comme plusieurs rayons ensemble ; ça forme une voie. Je vois effectivement une sphère au bout. C’est peut-être un « wishful thinking » mais en tout cas… C’est ça que j’ai vu et ce n’était pas là tantôt. C’est là maintenant. Une sphère blanche bleutée. Mon corps est en – il se sent mieux que tantôt. Je me sens bien.

Jack : La région du cœur aussi ?

Victoria : Oui, c’est bien. Arc-en-ciel a fait son travail. Entre autres. [pause] C’est comme si je voie beaucoup d’êtres circuler sur la route de lumière. Je vois plusieurs points – ça doit être des êtres… ça monte, ça descend – ça va-et-vient. [pause] Ça reste comme ça. Je suis au début de la route. Ça n’avance pas. Pas entièrement statique mais…

Jack : Il faut demander que la direction devienne plus claire. La route est là. Il y a quelque chose au fond – une sphère au fond. Et il y a toute sorte de va-et-vient dans la route. Maintenant il s’agit d’une question de l’action… Peut-être en partie ça dépend d’Victoria – son intérêt. C’est pas exactement faire une décision mais… sentir où tu es attiré exactement. Alors, on sent à l’intérieur, à l’intérieur du corps, dans le cœur on sent attiré quelque part. Et comme ça on peut commencer un mouvement.

Victoria : Je suis entrée dans la sphère. Je ne vois personne mais j’ai chaud. J’ai chaud dans mon troisième œil – il est très chaud. J’ai le front comme si c’était ouvert.

Jack : Oui, ça va nous aider parce qu’il s’agit d’une perception visuelle qui est en train d’être mise au point.

Victoria : Oui, parce que je n’ai pas beaucoup de focus mais j’ai l’impression de marcher dans une espèce d’état nuageux. Oui, c’est comme nuageux, comme comateux.

Jack : Je me demande s’il y a une concentration plus profonde qu’il faut… ou quelque chose qui doit être pensée… Peut-être une question de focus…

Victoria : J’entends les mots « Laisser venir ».

Jack : Oui. C’est comme une relaxation, n’est-ce pas ?

Victoria : Une autre expression qui arrive : « Acceptation d’aller » puis ensuite « Laisser venir ». C’est apparemment contradictoire sans l’être. [pause]

Jack : Il s’agit d’une attitude intérieure qu’il faut modifier juste un peu pour trouver l’acceptation.

02 field of white flowers IMG_6130Victoria : Je suis entré dans un petit ajustement de passage intérieur. J’ai senti… c’est comme si un autre de mes corps a sorti de la brume. Je vois mes différents corps de taux dimensionnel vibratoire – voici comme un autre qui s’est avancé. Je suis en conscience qu’il est sorti des nuages. Je suis entré dans un espace lumineux, vraiment lumineux – clair et lumineux. Les êtres ont pris des formes pour ma compréhension qu’ils disent. [pause] On me donne deux mots : « petit aperçu ».

Jack : C’est important n’est-ce pas, un petit aperçu, parce qu’il faut connaître un peu mieux où tu vas là avec ce corps, mais bien sûr c’est le corps qu’il faut, qui sait avancer, qui sait cheminer. Le corps qui a la vision.

Victoria : La question se présente : « Pourquoi suis-je ici ? » Et la réponse, c’est : « Laisse-toi baigner, tout simplement, laisse-toi baigner ».

Jack : Il serait bien de concentrer sur le fait que tu reçois déjà dans la lumière et dans cet endroit qui est très spéciale. Déjà tu reçois quelque chose, alors ce n’est pas toujours une question d’aller plus loin. C’est plutôt une question de vraiment être là, avec ces influences.

Parce que les influences qui sont là ont un impact, un impact probablement sur tout le corps. [pause]

Victoria : Je me laisse baigner. Très agréable.

Jack : Et est-ce que tu peux sentir qu’il y a quelque chose qui est en train de se faire dans le corps ?

Victoria : Oui, définitivement. Quand j’ai mentionné que j’entrais dans la sphère, c’est que je n’entrais pas dans la sphère. C’est la sphère qui m’a emmenée, qui était là. On imagine qu’il a distance et temps, mais il n’y a ni distance ni temps. Toutes ces notions sont là juste pour tranquilliser le mental. Là, je n’ai ni distance ni temps. Je suis ici et là. Je suis où je suis. Effectivement, c’est… Là où je suis, là où nous sommes le taux vibratoire augmente. Il y a un jump de conscience qui se fait, un jump de connaissances les mots. Les mots sont tous péjoratifs, sont tous comparatifs, relatifs. Tout est relatif

Jack : Mais peut-être l’important c’est que tu sens le mouvement, un petit changement qui peut continuerun saut comme ça. Tu peux le sentir à l’intérieur du corps, à l’intérieur de l’être.

Victoria : … de chaque cellule. [de grandes respirations]

Jack : Alors, il y a une action à l’intérieur de chaque cellule…

Victoria : Il y une interaction et si on peut l’appeler comme ça – une discussion, une résonnance, et une prise de conscience de l’activation des facultés – ce que nous appelons « facultés ». Il y a comme les cellules qui s’allument les unes après les autres. Chaque cellule est un soleil ; chaque soleil s’allume. Arc-en-ciel s’en rend compte.

Qu’est-ce que je vois dans ces petites lumières de tantôt. Le mot « REACTIVATION » se promène tout partout – en grosses lettres, en petites lettres, des lettres de toute sorte de couleur. Les lettres scintillent, des flashs de lumière. Il semble y avoir un feu d’artifice du mot « REACTIVATION » [de grandes respirations] [pause]

Et ce que tu es, c’est bien plus que ça, parce que la pensée des limitations terrestres m’ont traversé l’esprit, et cette phrase là en réponse : «Ce que tu es, vaut bien plus que cela». En réalité c’est ça qu’ils ont dit.

Jack : Bien plus que les pensées terrestres, est-ce que c’est ça ?

Victoria : Exact. Ils nous disent, « Nous sommes tout à fait conscients de la portée de ressentir, d’en avoir la conscience dans ton mental 3-D». [pause]

Là, je vois l’effet lumineux qui s’en vrille. Ils m’ont dit, « Fais attention à ce que tu crois et à ce que tu ne crois pas. Fais attention aux pensées de nos croyances qui viennent détruire tes capacités. » [pause]

« Détruire surtout la portée de tes capacités, la portée de l’influence de ce que je suis vraiment dans chacune de mes cellules. » Là, j’essaie d’interpréter ce qu’ils me disent.

Jack : Est-ce qu’il y a un travail avec les brins d’ADN ? Je ne sais pas si c’est une question appropriée…

Victoria : Ça ne s’était pas présenté jusqu’à date, mais il y a une réponse qui vient. « La reconstruction, le rétablissement de tes brins d’ADN a commencé depuis déjà plus de dix ans. Plusieurs brins ont été rassemblés. L’impact initial avait été donné en 2004 à Mont Shasta et ça ne s’est pas arrêté. »

Comme il avait été dit, chacun des ADN exigeait un temps – avait une réaction dans le corps pour l’intégration. Une intégration a été présente, comme il avait été dit, sous forme de malaise temporel de plus ou moins longue durée… beaucoup de durées. Et on me dit que, en ce qui concerne ce qui se passe à l’heure actuellement, j’avais oublié que c’était ça qui arrivait. Un brin majeur de l’ADN est en train de s’installer et ça m’a affecté toute la région du chakra du cœur.

Non, c’est un fait que je n’y avais pas pensé… pas du tout. Là on m’envoie des ondes de rigolade. Non, on nous dit on sait bien vous êtes toujours en train de penser aux drames; trop de drames dans vos mental, trop de drames. Mettez la joie et le rire; ça fait partir les drames. CULTIVEZ LA JOIE ET LE RIRE. Trop de drames. [pause]

Le troisième œil, le front est totalement ouvert. Les deux autres portions qui sont ouverts – c’est chaque tempe au niveau temporel ; il y a une émanation de lumière qui sort de mon front et de chaque côté aux tempes – deux autres émanations de lumière qui sortent de chaque côté. [pause]

J’essaie de rejoindre mon mental qui est en action, ensuite le travail… cet autre corps qui est en action aussi… et ce qui advient, c’est l’unification de toutes ces activités. [grandes respirations]

La barrière a été mise dans notre mental depuis tellement, tellement, tellement de temps… la barrière entre les deux activités ont été installées alors qu’il n’en avait pas au préalable.

C’est pour ça que la magie s’était éteinte parce que la magie c’est L’AME AGIT. La barrière a été mise pour empêcher l’âme d’agir. Et au moment présent cette barrière-là est en train de s’effriter… au même titre que le séparation entre chaque être de la création est en train de s’effriter. C’est une séparation illusoire. [pause]

Le rayon de lumière à ma tempe droite est plus intense et plus gros que celui à ma tempe gauche – au moins deux fois plus intense et deux fois plus gros. Ça devrait être égal. Ah ! Ils sont en train d’égaliser. [pause] Ils sont en train de travailler sur une partie des cellules de mon corps aussi. Créer l’unification.

Du côté gauche, l’ouverture lumineuse n’est pas encore aussi grosse. Il semble y avoir toujours une difficulté de ce côté là. Les mots se répète : « Laisse venir. Laisse venir à toi. Pas assez d’écoute. » Il manque l’écoute, il manque l’écoute, de toutes les manières. L’acceptation et l’écoute, c’est la même chose. Infini la réception. Infini la réception. Télépathie. Empathie. Accueil.

03 orange and blue flower IMG_6867Jack : Il semble que c’est un apprentissage de gestion des sentiments.

Victoria: Pas autant une gestion des sentiments qu’une gestion des émotions. La gestion des sentiments se fait bien quand la gestion des émotions ont été faite de la bonne manière. [pause] On me dit aussi que quelquefois les émotions viennent obstruer les sentiments.

Jack : Oui, je crois que ça c’est un grand danger.

Victoria : C’est pas juste obstruer, c’est comme les émotions passent par dessus et elles englobent les sentiments et puis les gens ne rendent pas compte – ils ne voient pas leurs sentiments – l’émotion est là en perturbe. Il faut vraiment gérer l’émotion dans un premier temps. Malheureusement, c’est tout à refaire – enseigner comment gérer les émotions. C’est tout à refaire. Émotion perturbée égale immaturité dans l’être… C’est une immaturité essentiellement spirituelle parce que c’est dans le domaine des esprits ou de qu’est-ce qu’on attire autour de nous.

Je vois ça sous forme de tableau. Les émotions comme des grosses patches de couleur, des nuées, qui recouvrent le sentiment, à tel point que celui-ci disparaît dans les nuées. Il est encore là mais faire la différence entre les deux, devient de plus en plus difficile. [pause]

Ils veulent m’emmener dans autre chose, ici c’est terminé pour le moment.

Là, j’entends : « Les chats sont bienheureux. » « Plus bienheureux que ma tante » [Qui vient d’être déclarée bienheureuse par l’Église.] [pause]

Tant de choses à récupérer. Tant de choses à réapprendre.

Ici un petit rayon : « Oui, oui toi, tu as un mental qui veut apprendre. Oui, oui, oui, c’est ça. Comique, comique, comique. » [grande respiration] [pause]

Jack : Alors, est-ce que l’écoute est toujours active ?

Victoria: Elle est active mais pas encore à son maximum. [pause assez longue]

Toute sorte d’images qui passent comme si j’étais au centre d’une pièce puis que sur les murs les images circulaient en défilement rapide. Je ne peux pas rien saisir.

Jack : Alors il y a une transition quelconque qui est là. Il faut simplement sentir, sentir dans… Ce qui est déjà arrivé était précieux… c’est possible que c’est tout mais aussi c’est possible qu’il faut un autre…

Victoria : Ça demande une pause ; je ne sais pas encore.

Jack : C’est encore une fois une question d’être patient. Ces indications déjà donné de laisser venir et une acceptation du fait que beaucoup de choses se sont déjà passées mais… [pause]

Victoria : Je sens que… L’image qui vient c’est que… le sommet, la pièce, d’accord, ce qui circule sur les murs, d’accord… Et là il y a comme des êtres autour de moi qui font comme des manipulations, des mouvements des mains, des manipulations, des réaménagements, des réajustements, replacer les choses. Ils semblent faire un assez gros travail. Ils sont quatre ; ils sont quatre à travailler. Ils se tiennent de chaque côté. Il y a une sphère par dessus eux, les quatre et moi, une autre sphère qui s’est placée et il y a du rose là, majoritairement en rose. Doux. Un petit rose tendance fuchsia.

Chaque fois qu’il y a un changement Arc-en-ciel réagit, elle fait un mouvement. Elle est sensible aux variantes d’activités.

La sphère se soulève. Il y a comme les notions de gravité – haut-bas, gauche-droite, c’est terminé. Donc, il y a du travail qui se fait dans tous les sens – parce qu’il n’y a plus de sens. [pause très longue]

Il y a des pensées par rapport aux expériences, aux images de négativité qu’il y a dans nos pensées… Ce qui a été dit c’est que justement, c’est des images du PASSÉ. CRÉEZ dans vos pensées de nouvelles images. « Mettez dans vos pensées de nouvelles images, qui vont devenir votre futur présent. »

Jack : Alors, il faut faire attention à ces images là, n’est-ce pas ?

Victoria : Oui. Notre travail maintenant – notre travail principal sur la planète terre – pour chaque individu – c’est nos pensées.

Ce qui est arrivé dans le passé, les images du passé n’ont plus lieu d’être devant nos yeux, parce qu’elles n’existent plus et on ne veut pas s’en servir pour la création du futur. Il n’est pas bon de se souvenir du passé. D’où l’expression qui dit: « Laissez les morts avec les morts ». [pause très longue]

La bulle rose est toujours en suspend. Ça se promène tranquillement. En même temps, j’ai envoyé la question si… si je vais les rencontrer bientôt, si je peux être en contact avec les gens de l’équipe si on peut dire. La réponse est : « Bientôt, bientôt ». Mon dieu que j’entends ce mot « Bientôt ».

Jack : Si c’est approprié, j’aimerais demander une petite question à propos de moi, si tu peux…

Victoria : « pause »

Jack : S’il y a quelque chose qu’on peut dire à propos de mon travail – ce genre de travail que je fais maintenant avec Victoria et avec d’autres personnes.

04 tentacular leaf IMG_6826Victoria : Le mot qui vient c’est « Déclencheur ». Il y a un gros mot « DÉCLENCHEUR » – qui est apparu dans l’air et en grosses lettres. DÉCLENCHEUR. « Trigger, eh ? » Important.

Jack : Il n’y a pas vraiment un mot anglais pour ça mais je sais ce que ça veut dire, oui.

Victoria : Mais vous avez le mot « trigger ».

Jack : Oui, c’est trigger mais le mot français a un sens plus large ; trigger c’est surtout pour les fusils.

Victoria : Puis, le bout de la chose c’est que… ce qui se passe dans mon esprit, c’est qu’à chaque fois que tu aides quelqu’un à se déclencher, tu en ramasses une petite partie du travail qui se fait… Qu’est qui vient c’est que ce n’est pas un travail de déclencheur qui se fait en toi en ce moment-là. C’est un travail de libération, c’est comme un poids de moins sur toi. Un poids de moins sur toi. Une plus grande facilité s’installe pour… là il y a plusieurs mots qui s’installent. C’est par rapport à ton futur… de le concevoir… la conception de ton futur… par tes croyances. Tu as des mémoires qui s’en vont qui ne sont plus nécessaires parce que tu ne mets plus de limites dans ton futur.

Ce qui vient aussi… il dit plus clair pour la conception de ce futur-là, et ensuite l’accueil de ce futur-là. Puis il y a une impression de lourdeur allégée,… l’allègement de la lourdeur parce que tu vas avoir envoyé moins de vieux souvenirs dedans.

Ça se présente par images… j’interprète les images qui viennent. C’est comme un cartoon si tu veux… Il y a des poids puis des balances… toutes sortes d’affaires… Je décris ce que je vois… ce qui emmène… Je vois une balance avec ton âme à côté… C’est l’inverse de ce que tu as joué dans ta vie. Ton âme est très légère. Ce qui fait le poids de ton futur c’est l’autre balance… il faut que ça soit léger aussi. Il y a des veilles affaires qu’on conserve… On dit niveau vibratoire, mais c’est pas juste ça, c’est des poids qui mettent de la lourdeur à ce niveau vibratoire-là. Je les vois toutes comme des petits blocs sur l’autre balancier. Ton âme, elle, c’est le poids de la lumière.

C’est nouveau. Si j’étais dessinateur j’aimerais dessiner ça…

Jack : C’est utile tout ça…

Victoria : Il y a une parole rassurante qui arrive, et je vois les êtres qui sont autour de moi qui te regardent et qui disent : « C’est très encourageant. Il ne faut pas s’en faire. Il faut juste mettre le rire et la joie le plus possible dans chaque instant de notre vie, peu importe ce qu’on fait – ça n’a pas d’importance on peut mettre du rire et de la joie. Là, on m’envoie la pensée d’aujourd’hui quand nous avons déposé notre travail… C’était : « Faites-le dans la joie. Vous déclenchez quelque chose là aussi. Vous vous amusez là-dedans parce que le travail a été fait en s’amusant. » On s’est vraiment amusé quand on a travaillé dessus.

Là aussi je vois une grosse face avec un grand sourire qui prend toute la face. Je ne suis pas capable de décrire. Si je faisais de l’infographie je le ferais. Ils sont très intéressants à me donner des images d’infographie aujourd’hui. Beaucoup d’informations des choses que j’ai vues aujourd’hui pourraient être produites avec l’infographie comme image.

Ah, ils me disent – parce que l’infographie, c’est le côté léger des images. C’est le côté enfantin des images. C’est nécessaire au moment présent de récupérer le côté enfantin, parce qu’on nous a trop programmé à être au sérieux.

Jack : La sériosité.

Victoria : La sériosité – exactement. Là, j’entends la pensée – dans cette action-ci, dans cette rencontre-ci vous pouvez retenir seulement le côté enfantin. Le rire de l’enfant dans ceci ce serait déjà un grand succès. C’est comme s’il fallait bannir de nos vies la phrase : « Là, là le gang là, il faut être sérieux. » Là on en vient de défaire tout le poids et la capacité de l’action qu’on est en train d’entreprendre.

Je pense que c’est là la fin de la rencontre pour aujourd’hui. On me dit, « C’étais effectivement une rencontre. » On peut appeler ça aussi des rencontres.

D’autres articles dans cette série:

Remake (français), Bulles de réalité, Réactivation, Connaître ses besoins, Le Soleil, Le Rire

07 last grasses IMG_6836

About trylus

Welcome to my blog! I was born in the year of the golden dragon (1940) and when the golden dragon year came around again in 2000, little did I know that events would conspire to have me reinvent myself. So after a long career in computers and libraries and languages and with a few bumps of transition I now feel very alive in the practice of hypnotherapy and an energy modality called Reconnective Healing®. My interest in writing has always been in the mystery of how it is sometimes possible to convey much more than the meaning of the words. It is my heartfelt wish to have that happen sometimes in this blog. Jack Cain Trylus énergétique Montréal www.trylus.com jack@trylus.com
This entry was posted in Hypnosis and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s