Une Seule Intelligence

37_1 IMG_4347(In the next post you will find an English translation of this session.)

(© Jack Cain 2015, text and images)

Michel : C’est un endroit avec beaucoup de lumière – une lumière à contre-jour. Il y a de l’eau, beaucoup d’eau. Un endroit où je me sens bien, reposé, frais… Un endroit où tout est possible et où rien n’est impossible. Calme, probablement auprès de la mer. Très propre, très paisible. La lumière est propre. L’eau est propre. Tout est brillant.

Jack : C’est bien de rester là, continue d’être là pour un bout de temps.

Michel : C’est quelque chose de connu et c’est aussi quelque chose d’inconnu – les deux choses sont exactement senties comme telles. C’est comme du vécu. Du nouveau à vivre. Les deux choses vont ensemble.

C’est le matin ; c’est un jour nouveau… qui laisse derrière lui l’obscurité de la nuit qui a été nécessaire pour cette lumière.

Jack : Quelles sont les sentiments qui sont présents ?

Michel : Paix – sentiment d’une grande paix… sentiment de… une légère tristesse, une tristesse nécessaire pour comprendre cette paix… Cette tristesse est nécessaire pour que la joie de vivre ne prenne pas le dessus. L’une ne peut pas être là sans l’autre. C’est juste quand on est au milieu des deux que je me sens bien. On peut donc, bien sûr, être véritablement en paix grâce à cette joie de vivre, à cette tristesse. Être pris par cette joie de vivre seulement, par cette tristesse seulement – il y a ce milieu… un milieu de la dichotomie.

C’est une figure géométrique. Comme une espèce d’haricot … divisé en deux.

Et on prend des énergies d’une part et des énergies de l’autre.

[pause]

Jack : Est-ce qu’il s’agit d’un état d’équilibre ?

Michel : Un repos actif… une vibration active en ce repos. Ce n’est pas un sommeil où tout devient absence – c’est un repos actif.

Jack : [Transition guidée à la possibilité d’une vie antérieure.]

Michel : Très rapidement, une personne assise – comme en position comme de lotus, pas exactement… avec des jambes croisées… Une personne brune avec une chose sur la tête – une coiffure très haute…

Jack : Homme ou femme ?

Michel : Homme, je crois. Il y a des nuages autour, très hauts.

Pour un instant, j’ai eu l’impression que je devenais cette personne qui est assise. C’est à dire, je suis devant et je tourne, je viens à elle et je ressors et je deviens…

Jack : Peut-être qu’il est important de rester dedans, de sentir que tu es là et de te sentir de l’intérieur de cette personne… Qu’est-ce qui arrive quand tu es là avec les jambes croisées et que tu entres pleinement dans cet état ? Parce qu’il y a une certaine rencontre à l’intérieur…

Michel : Hmm, oui. Quelque chose d’obscur. Une nuit… mais c’est une nuit colorée, lumineuse. On entend des bruits. Des chants… des voix, des voix aiguës. Je redeviens cette personne assise… cette personne à la peau… pas noire mais bronzée.

Jack : Tu es là, à l’intérieur de cette personne, et peut-être on peut avancer un peu – je ne sais pas s’il s’agirait d’avancer vers un autre état à l’intérieur de cette personne ou vers une autre situation mais la partie subconsciente peut très bien décider où aller maintenant…

Michel : La terre. L’impression d’arriver sur la terre… près d’un rivage – il y a un espace immense, un grand ciel, un ciel avec des nuages. Très beau. Je suis en haut et en bas en même temps. Je suis dans les montagnes et je suis sur le rivage… juste au milieu des deux… Il y a un mal à descendre. J’ai du mal… pas du mal, mais… Je me mis à cette position intermédiaire. Je suis toujours cette personne. Il y a quelque chose de fixe – un peu comme des statues. Il y a quelque chose qui veut bouger ou qui veut sortir de cette forme. Il y a toujours ce ciel, de l’eau, la terre… il y a toujours quelque chose qui est vu d’en haut comme si j’étais un oiseau… qui peut voir tout en même temps… le détail et l’ensemble. La vue générale. Je sens que j’ai cette possibilité – de tout voir – voir une vue d’ensemble et les détails.

Je sens très bien mon thorax. Je sens que c’est là, qu’il y a… un espace, une sensation jamais vécue, un espace de chaleur, de bien-être, un espace qui est petit mais, quand je porte mon attention sur cet espace, il est très grand et il est indispensable pour la vie. C’est le cœur de la vie. C’est là où je dois rester en contact. C’est curieux – c’est le centre de cette personne que j’ai vue. C’est là où est ma place. Il n’y a pas d’autre place que celle-ci.

Jack : C’est bien de trouver sa place. Est-ce qu’il s’agit d’une place qui est en rapport avec Tout ce qui Est ?

37_2 IMG_4275

Michel : Oui… c’est une relation avec la nature – l’eau, l’air, la terre – une vue d’ensemble à un seul point, le point de rencontre de l’eau, de l’air, de la terre, du soleil, de la chaleur – tout est là, tout est là. Très fragile aussi. Je sais qu’il est là, ce point.

Je vais partir de ce point pour pouvoir revenir – on ne peux pas rester là tout le temps. C’est comme une série d’exercices – partir, revenir, partir. Chaque fois qu’on revient, c’est si différent, c’est beaucoup plus… je ne sais pas… c’est différent… je pars, je reviens. Je suis pris par cette nécessité de revenir à ce point, d’être ce point. Tout se conjugue… même le vide, un vide immense. Un vide sans nom – un mélange d’espace, de silence, de repos.

Jack : Une autre question que je veux poser… Je me demande s’il y a dans cet état une possibilité de communication d’autres intelligences, d’autres êtres?

Michel : Je ressens une seule intelligence, une grande intelligence, qui se reflète dans chaque vie, dans toutes les vies… une multiplicité incroyable… des millions, des millions, comme des petites cellules, des atomes, des microparticules qui se connaissent toutes, qui entrent en contact, qui se touchent pour une fraction d’une nanoseconde, qui repartent mais qui se connaissent tout le temps, qui savent qu’elles sont, qui savent où elles sont, même si elles sont très loin. Ces particules savent.

Je suis une particule. C’est comme… je suis l’infini dans le fini et le fini dans l’infini. Un mouvement, un énorme mouvement qui bouge tout le temps dans un silence impeccable. C’est comme un devenir constant – cette compréhension dans le cœur, dans le thorax qui produit cette… ce que nous appelons l’amour – cette interaction de millions et millions de particules. Je suis cette particule qui produit… constamment…

Ce n’est pas une personne. C’est comme un point d’intelligence rayonnante, qui souffle, qui se reproduit, qui produit, qui change toujours, qui ramène… En fait, j’ai l’impression que si je suis attentif à ce point de luminosité silencieuse rayonnante, je n’ai pas besoin d’autre chose que de me fondre avec ce point de luminosité, une luminosité entourée d’obscurité. Un silence entouré de vibrations. C’est ça que je reçois… constamment. Tout le temps… dans cette vie, dans les autres vies, dans les vies qui viendront… Tout revient à ce point, cette espèce de concentré de matière totalement… vibrante.

Le reste a peu d’importance. C’est maintenir un petit peu plus… C’est connu, c’est complètement inconnu. Les deux choses en même temps. Connu. Inconnu. Vibrant. Très beau son … une musique silencieuse. Bien. Là. On est partout et nulle part. Un endroit secret, très connu – et qui reste secret.

Je sens très bien le mouvement qu’il y a dans le sommet de ma tête dans les fontanelles – un mouvement hélicoïdal, comme quelque chose qui essaye de pénétrer jusqu’à la pointe de mes pieds. Froid, mais vivant, vibrant, continue – toute cette joie au milieu… au milieu du corps… vers le nombril.

Il y a cette sensation dans mon corps allongé. Je ne vois pas moi-même. Ce corps qui est comme la présence de l’autre que je voyais. Comme la sensation de me regarder moi-même. C’est d’être bien au-dessus de ce corps. Un corps un peu… un peu rigide mais parfaitement défini. Comme cette personne que j’ai rencontrée qui est probablement moi-même … mais c’est à partir de ce corps que tout est possible. Perdue, cette sensation.

[pause]

Comme être dans une forêt. Je rentre vite, je sens très vite… Je reviens à cette forêt. C’est incroyablement touffu. Il y a un petit chemin, très étroit et fin, un peu lumineux, en relation avec tout le reste. Je vois que ce chemin est très long, très, très long. Il y a des arbres sur les côtés en hauteur, des tâches de lumière. Je marche. Je marche mais pas vraiment sur le sol, sur la terre. J’ai l’impression de couper cette forêt en deux. Elle est très partagée d’un côté à l’autre. Moi, je suis cette présence au milieu. Je sais qu’il faut que je traverse cette forêt ici. Je peux arriver de l’autre côté. Je crois déjà savoir ce qu’il y a. Il faut le voir.

[pause]

Il y a une vibration. J’ai un sifflement qui disparaît. Je reviens à sentir mon corps.

[On termine.]

 

Dans l’énorme archive d’informations canalisées par Edgar Cayce, j’ai souvent découvert des remarques très intéressantes. Voici trois citations très brèves qui m’ont parvenues « par hasard ». Elles contiennent des connexions intrigantes avec plusieurs des sessions ci-dessus.

« En premier, la continuité de la vie. Il n’y a pas de temps : il n’y a qu’un temps ; il n’y a pas d’espace : il n’y a qu’un espace ; il n’y a pas de force : il n’y a qu’une force. » (Consultation 4341-1)

« Combien de dimensions y a-t-il dans ce système solaire ? » « Huit. » (Consultation 5755-2)

« Dans le plan de la Terre, de Venus nous découvrons les trois dimensions – ou cinq, comme en Jupiter. C’est possible qu’il n’y ait qu’une seule comme en Mars. Et il peut y avoir beaucoup plus comme celles de Neptune, ou aucune – jusqu’elles soient purifiées dans les feux de Saturne. » (Consultation 311-2)

37_3 IMG_5059

About trylus

Welcome to my blog! I was born in the year of the golden dragon (1940) and when the golden dragon year came around again in 2000, little did I know that events would conspire to have me reinvent myself. So after a long career in computers and libraries and languages and with a few bumps of transition I now feel very alive in the practice of hypnotherapy and an energy modality called Reconnective Healing®. My interest in writing has always been in the mystery of how it is sometimes possible to convey much more than the meaning of the words. It is my heartfelt wish to have that happen sometimes in this blog. Jack Cain Trylus énergétique Montréal www.trylus.com jack@trylus.com
This entry was posted in Hypnosis and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s